Berat, à ne pas rater !

Nous faisons des dernières emplettes gastronomiques dans “notre” quartier, puis reprenons la route vers le Sud de l’Albanie. Nous nous arrêterons tout d’abord à Berat. Son nom est un dérivé du mot slave Belgrad, la “cité blanche”. En arrivant dans la ville, nous ne pouvons que constater que le choix du nom est très à propos.

Vue de Berat
Quelques boutiques et restaurants de la ville

Et si l’effervescence de la ville n’est pas comparable à Belgrade, en Serbie, la ville est tout de même très animée. Comme d’habitude en Albanie, c’est aux terrasses de café que nous retrouvons les autochtones.

La rue principale de Berat

Des touristes kosovares nous demandent de les prendre en photo avant de nous proposer des amandes à la terrasse d’un café. Nous ne tardons toutefois pas à rentrer dans Benedict : le jour décline et nous sommes fatigués par la route. C’est à ce moment-là qu’on frappe à la vitre. Ce sont Perrine et Sylvain, deux Français des Hautes-Alpes, qui font un voyage de quelques mois en vélo et campent non loin du parking où nous sommes garés. Nous prenons l’apéritif avec eux, en échangeant sur nos vies respectives, le voyage… Puisqu’il ne fait pas très chaud la nuit tombée, nous trinquons dans le van – qui accueille donc jusqu’à 4 personnes assises. Après avoir passé un moment agréable en leur compagnie, nous allons manger des légumes grillés en ville.

Le lendemain, frais et dispos, nous aurons une activité sportive : aller nous promener dans la citadelle de Berat, qui est classé au patrimoine mondial de l’Unesco, comme tout le centre-ville de Berat. Des petites rues tortueuses offrent une ombre bienvenue, puisqu’il fait déjà chaud en cette fin de matinée !

Jane grimpe dans les rues de Berat
Dans le centre-ville de Berat

Tout en sueur, nous arrivons aux portes de la citadelle : la marche en valait la chandelle ! Construite au XIIIème siècle, la citadelle est encore habitée et nous sommes rapidement conquis !

Une des rues dans le quartier de la citadelle
Une des tours les mieux conservées

Dans la citadelle, nous retrouvons aussi des églises byzantines, qui ont résisté aux sièges des “Angevins”, menés par Charles d’Anjou, fils de Louis VIII (oui, c’est un roi de France inconnu, qui n’a régné que trois ans, mais il est tout de même fils de Philippe-Auguste et père de Saint-Louis). Entre autre belligérants, nous pouvons également évoquer Skanderbeg (dont nous avons parlé dans les articles précédents) qui s’est cassé les dents sur les remparts occupés alors par les Ottomans.

Cette tête géante est celle de l’empereur Constantin

On casse la croûte dans un restaurant albanais, dont le patron, lui aussi, parle quelques mots de français ! Il a travaillé à Toulouse dans l’usine Airbus pendant un temps. Tout en mangeant, nous assistons à une spectaculaire arrivée…

Les moutons surgissent de nulle part

Nous prenons congé de notre hôte et redescendons tranquillement vers notre van, qui nous emmène vers d’autres aventures.

Le parking à l’albanaise…
Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *