Kotor, j’adore ?

Sur la route avant Kotor

Nous atteignons Kotor quelques jours après les parents de Julien. La ville qui date du VIème siècle est flanquée contre la montagne, sur les rives du lac. Les bouches de Kotor nous font irrémédiablement penser aux fjords norvégiens.

Vue de Kotor

Des murailles abruptes coiffent ladite montagne pour protéger la ville d’éventuelles invasions. Au niveau du lac, la vieille ville est elle-aussi entourée de remparts, et nous apprécions une fois de plus les ruelles piétonnes et petites places aux nombreuses terrasses, même si un immense paquebot vomit une foule de touristes dans le vieux Kotor.

Le charme des rues désertes la nuit

Les rues semblent néanmoins calmes et habitées principalement par… les chats !

Nous sommes arrivés plutôt tard, c’est pourquoi nous ne grimpons les flancs de la montage que le lendemain, entre deux rayons de soleil : quelques 1426 marches pour rejoindre des bâtiments à moitié abandonnés, même après les murs de Dubrovnik ça fatigue !

Le bout du chemin
Le drapeau du Montenegro flotte
Une pièce à l’utilité discutable
Le lion de Venise, toujours présent : la ville a été italienne jusqu’au XVIIIème siècle

Contrairement à ce à quoi on s’attendait, nous sommes pas complètement séduits, peut-être en raison de la météo qui ressemble davantage à ce qu’on s’attend à avoir fin octobre (nous avons recommencé à manger des soupes chaudes depuis quelques jours…). Nous devenons peut-être aussi trop exigeants après toutes les beautés que nous avons vues jusqu’à présent ! Nos jours commencent aussi à être comptés pour rejoindre Tirana dans quelques jours et y retrouver les parents de Jane.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *