Le Puy de Sancy sans souci

Compte tenu du nombre de touristes au mètre carré dans la ville de Mont-Dore, nous jugeons bon de partir tôt pour l’ascencion du Puy de Sancy. C’est en effet le point culminant du Massif Central, ainsi que le plus haut volcan de France métropolitaine.

Dès potron-minet (bon, d’accord, il était 8 heures du matin, mais pour des vacances, c’est tôt) nous voici en route, avec Benedict, vers la station de ski du Mont-Dore, et plus précisément au départ du téléphérique.

Les faux sportifs

En effet, il est tout à fait possible d’atteindre le sommet en s’aidant de cette télécabine fort pratique, et ne plus faire que quelques minutes de marche pour atteindre ledit sommet.

Nous sommes venus pour marcher, et force est de constater que nous sommes minoritaires à emprunter le chemin caillouteux qui serpente.

La vue depuis le départ de la randonnée

Le versant par lequel nous commençons la randonnée est ombragé, ce qui nous permet d’économiser notre eau pour l’ascension. Le dénivelé est de près de 600 mètres, que nous franchissons en une bonne heure.

Jane, proche de l’objectif

Puy (sic) nous arrivons proches du sommet final, et retrouvons avec horreur les feignasses arrivés en téléphérique touristes qui s’agglutinent au sommet des escaliers de bois pour admirer la vue.

Seuls au monde ?

Des bêtes volantes s’invitent sur le promontoire, et nous ne restons pas très longtemps au sommet : la vue sera aussi sympathique sur la suite de la randonnée, qui se déroulera pour partie sur les crêtes.

Stairway to Heaven, Highway to Hell ?
La montagne, ça vous gagne

Le reste de la balade est très agréable : nous descendons quelques passages escarpés, mais la randonnée sur les crêtes nous propose de belles vues. Le soleil est déjà haut dans le ciel, et l’eau vient à manquer, nous rêvons d’un point d’eau pour nous rafraîchir.

Fiers comme des coqs avec leur crête

Nous descendons encore une bonne heure avant de trouver un restaurant. Nous nous attablons et commandons une truffade rafraîchissante et une eau roborative (ou le contraire). Après ce bon repas, nous marchons de nouveau une heure avant de  retrouver Benedict.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *