Un nouveau départ !

La dernière fois que nous avions vu Benedict, il partait de notre résidence à Nantes, avec ses nouveaux propriétaires, Amandine et Joël.

Les adieux furent émouvants, mais pleins de promesses : Joël et Amandine sont en effet des amis, et nous avions convenu que, s’il nous manquait trop, nous pouvions emprunter Benedict pour de nouvelles aventures ! C’est donc à Massy, après une semaine de vacances dans les Alpes, que nous retrouvons Benedict et Joël.

Il n’a pas changé (et Joël non plus) ! En tout cas d’extérieur…

Julien (à gauche) et Benedict, contents

Car à l’intérieur, Amandine et Joël ont apporté quelques modifications : le sol et les rideaux ont été changés, un WC chimique amovible qui fait office de pouf a fait son apparition. Nous avons également une nouvelle compagnonne de voyage. Elle n’a pas de prénom, mais vous pouvez la baptiser comme vous le souhaitez. Tout jeu de mots est accepté !

Vahiné à l’arrêt, bien loin de son balancement frénétique en roulant
Une publicité non mensongère

Départ de Massy, disions-nous donc, pour un court trajet. Il est près de 20h, et après avoir déposé Joël chez lui, nous cherchons un premier endroit où dormir dans les environs. De l’Essonne, nous connaissons surtout la gare TGV de Massy, mais nous devons nous employer à trouver un lieu moins urbanisé et passer une nuit calme.

Puisqu’on n’est jamais mieux servi que par Park4Night, l’application de tout campeur mobile qui se respecte, nous jetons l’ancre dans une forêt calme, près d’un haras… nous sommes à 36 kilomètres au sud de Massy.

Nous retrouvons rapidement nos réflexes de “vanlifers” : mettre de l’eau à chauffer pour les pâtes, faire la vaisselle dans le petit évier, déplier le toit pour avoir de l’air, puis déplier le lit pour se coucher, et, enfin, s’endormir au son de la forêt…

Le lendemain matin, nous faisons un premier arrêt dans la charmante ville d’Étréchy. Pour un dimanche matin, l’animation est à son comble ! La file s’allonge devant la boulangerie (notre but premier), et les cafés sont ouverts. Les Strépiniacois (oui, c’est leur gentilé) vont au marché, et nous les imitons pour acheter quelques provisions pour le début du voyage. Des fruits et légumes bien sûr, mais aussi de la confiture pour subventionner le prochain opéra monté par une association de la ville… on s’y sent bien, vous dit-on !

Mais l’heure est déjà au départ, puisque nous avons (une fois n’est pas coutume) un plan de route pour ces 6 jours en van. Vous le trouverez, en avant-première, ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *